La peteaudière  Il y a quelques jours, nous écrivions sur l'incapacité de l'Union Européenne de coordonner, de commander et d'obtenir les vaccins permettant à l'Europe de rattraper son retard en termes de vaccination.


Nous mettions l'accent sur le fait que "la belle et soi-disant unité des 27" éclatait en plein vol avec des commandes passées directement avec la Russie voire la Chine par des pays européens comme la Hongrie, la Slovénie, l'Autriche…

Le Président de la République française, qui est un européen plus que convaincu, n'appréciait guère ces gestes mais s'empresse aujourd'hui de faire la même chose accompagné des Allemands.
Mais où sont donc l'Union européenne et sa commission ? Mais qu'en pense Monsieur Breton, commissaire chargé de la vaccination en Europe ?

Nous ne sommes plus à une contradiction près, nous n'en sommes plus à une volte-face près. Depuis un an, nous en avons l'habitude avec l'affaire des masques, du matériel dans les hôpitaux et particulièrement pour la protection des personnels soignants, les tests et aujourd'hui les vaccins.
Nous n'abordons même plus les problèmes du confinement qui sera une nouvelle fois abordé en conseil de défense. Vous savez ce "machin" que personne ne connait, qui a tout remplacé y compris les parlements et qui décide tout !

Tout le monde en a marre parce que plus personne ne comprend rien depuis un an, y compris les annonces faites sur la suspension d'un vaccin par le seul Président de la République.

Pendant ce temps-là, gouvernement et patronat s'activent pour remettre en cause la loi sur l'assurance chômage, organisent des réunions pour nous présenter "leurs revendications" pouvant déboucher sur un pacte social, réfléchissent toujours sur la réforme et la casse des 42 régimes de retraite, sur la fin du Bac, sur la transformation de la fonction publique, sur la casse d'EDF et de la SNCF ainsi que sur la RATP.

N'en déplaise à tous – l'UD FO de Paris sera dans la rue le 16 mars devant le Sénat et le 20 mars dans la rue en manifestation pour s'opposer à la loi de sécurité globale qui remet en cause toutes nos libertés.

Elle sera aussi le 17 mars, devant la Préfecture de l'Essonne pour manifester contre les élus qui veulent fermer la Bourse du Travail d'Evry.

Elle sera aussi dans la rue à chaque fois qu'il faudra s'opposer à la fermeture des hôpitaux Bichat – Beaujon.

Elle sera dans la rue à chaque fois qu'il nous faudra réagir contre les plans de licenciements, les attaques portées contre les statuts et les conventions collectives ou à la fermeture d'entreprises qui se délocalisent encore aujourd'hui.

Nous n'avons plus besoin de conseil de défense, ce sont nos assemblées générales, nos commissions exécutives qui décident en toute démocratie.

Un mot que le conseil de défense ne comprend pas et ne veut surtout pas utiliser !

Paris, le 16 mars 2021


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site