L'URIF FO toujours dans la lutte !  L’URIF FO une nouvelle fois était en manifestation le samedi 20 mars 2021, pour montrer sa détermination de s'opposer à la loi sécurité globale, comme elle le fait depuis le début de sa présentation par le gouvernement.


L’URIF FO une nouvelle fois était en manifestation le samedi 20 mars 2021, pour montrer sa détermination de s'opposer à la loi sécurité globale, comme elle le fait depuis le début de sa présentation par le gouvernement.

Plusieurs milliers de manifestants avaient répondu aux différents appels d’associations, d'organisations de jeunesse et bien évidemment d’organisations syndicales, dans un contexte où l’exécutif n’est pas plus clair sur la loi qu’il ne l’est dans sa stratégie sur la COVID19.

Un gros cortège de l’URIF FO démontrait sa volonté de voir ce texte de loi être retiré et scandait des revendications contre les dangers d’une loi qui va "ficher" les militants syndicaux, associatifs, politiques, et qui porte déjà atteinte aux libertés collectives et individuelles remettant en cause la démocratie.

L’URIF FO considère que la lutte n’est pas terminée, ses appels à la mobilisation vont se poursuivre : "Nous ne lâcherons rien !" ont affirmé les militants.

L’URIF FO est toujours présente sur le terrain des luttes pour faire valoir les revendications des salariés qui, dans cette période, souffrent encore plus avec toutes les restrictions aux libertés et une politique sociale qui tente de remettre en cause tous les acquis.

Des millions de personnes sous le seuil de la pauvreté, des plans de licenciements en cascade : "Ce n’est plus possible !"

L’URIF FO continue à prendre ses responsabilités en luttant contre la volonté de casser les 42 régimes de retraite, l’assurance chômage et le code du travail.

Elle continue à prendre ses responsabilités en s’opposant à la destruction des services publics et notamment de l’hôpital.

Elle lutte sur des revendications claires, d’augmentation générale des salaires et des retraites, mais également contre les délocalisations de notre industrie, contre les plans sociaux et de licenciements.
Plus de négociations, plus de grain à moudre. On ne nous donne pas le choix :
NOUS DEVONS LUTTER !

Paris, le 22 mars 2021


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site