Ouverture à la concurrence, marché de dupe !  Quand il y a quelques années en arrière nous nous opposions à l’ouverture des marchés qui cassait le monopole des entreprises publiques nous apparaissions rétrogrades.


Quand il y a quelques années en arrière nous nous opposions à l’ouverture des marchés qui cassait le monopole des entreprises publiques nous apparaissions rétrogrades.

Lorsque nous disions que la « casse » du transport ferroviaire en Grande Bretagne entrainerait des tarifications en augmentation pour les usagers. N’est-ce pas vrai ? Qui démontre le contraire ?

Lorsque nous indiquions que l’ouverture des marchés de l’électricité entrainerait des augmentations du prix de l’énergie, nous racontions n’importe quoi ?

Dès aujourd’hui 1er février 2021 l’augmentation du prix de l’électricité progresse de + 1,6% (ah si c’était les salaires !) tous les organes de conjoncture sont obligés de reconnaitre que depuis l’ouverture des marchés l’augmentation du prix de l’électricité a été constant et ce quels que soient les opérateurs qui achètent leur énergie à EDF, tendaient à vous faire croire qu’elle serait moins cher avec eux puisque la concurrence jouerait, alors qu’aujourd’hui il est reconnu que tous ont augmenté leurs tarifs.

Ceux qui ont pensé faire des affaires et se félicitaient qu’EDF n’ait plus le monopole n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Comme nous le disions hier, le projet « Hercule » d’EDF quant à lui conduirait à en avoir terminé avec l’établissement public. C’est ce que veut ce gouvernement. Il en sera fini, pour vous, usagers de l’égalité de traitement. Si vous habitez loin du centre ville il vous faudra payer davantage, si des dégâts neige ou de tempête interviennent sur le réseau il vous faudra attendre davantage avant d’être rétablis en énergie car les agents ne seront plus du service public, si vous avez une panne sur votre installation de raccordement à votre immeuble hier c’était gratuit, demain ce sera payant. Plus aucune tarification identique selon que l’on habite en ville ou à la campagne.

Mais qu’est ce que c’est chouette d’avoir été pour l’ouverture des marchés en pensant qu’on allait payer moins cher et faire des affaires.

Ce que chacun doit constater aujourd’hui c’est qu’au nom de dogmes économiques ou privatisés, on casse ce qui était le bien de la population en donnant le sentiment à chacun qu’il va être gagnant.

Vous avez gagné beaucoup, vous, depuis que l’on casse les services publics ? Vous pensez qu’en cassant ces services publics les régimes de retraite, l’assurance chômage, la sécurité sociale, les congés payés… vous allez en avoir davantage en terme de pouvoir d’achat ?

Plus de 10 millions de pauvres en France malgré l’ouverture à la concurrence et la destruction des services publics, dans le même temps où les actionnaires n’ont jamais autant touché de dividendes.

Décidément oui il faudra encore descendre dans la rue.

Au fait vous avez vu où est revenu le prix de l’essence ?

Paris, le 1er février 2021


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF


retour au site