On en parle peu, elle est toujours là !  Nous aussi étions encore présents dans le cortège se rendant à la Place de la République et manifestant toujours contre la loi sécurité globale dont on n’a pas perdu de vue qu’elle a bien toujours l’intention de « ficher » les syndicalistes et les politiq


Nous aussi étions encore présents dans le cortège se rendant à la Place de la République et manifestant toujours contre la loi sécurité globale dont on n’a pas perdu de vue qu’elle a bien toujours l’intention de « ficher » les syndicalistes et les politiques, renforcer et armer les polices municipales, créer des milices privées et ne pas toucher à l’article 24.

Des milliers de manifestants dans le cortège et le rassemblement, beaucoup de jeunes et une forte délégation de l’URIF-FO qui déployait très largement les drapeaux FO. Tous pour dire très clairement qu’article 24 ou pas cette loi on n’en veut pas.

Le secrétaire général de la CGT-FO, Yves Veyrier nous avait fait savoir qu’il était solidaire des camarades de l’URIF-FO qui manifestaient. Chacun se disait bien que comme pour les lois travail, les retraites, l’assurance chômage on n’en avait pas fini avec cette loi, mais aussi que l’exécutif n’en avait pas fini avec nous.

Les annonces faites par le premier ministre de renforcement des contrôles sur le couvre-feu n’empêcheront pas les militants, les salariés, les jeunes et les retraités de s’opposer à toutes les atteintes aux libertés.

Le premier ministre n’a pas, pour l’instant, annoncé de troisième confinement mais le renforcement de mesures qui portent atteintes aux libertés fondamentales et qui plongent encore plus les étudiants, les anciens, les salariés dans l’isolement, la précarité et la pauvreté.

Nous avons été surpris d’entendre certains politiques qui hier encore s’opposaient au confinement pour les raisons que nous venons d’évoquer avaient rejoint les conseils scientifiques, pour indiquer que la mesure de non confinement était incompréhensible.

Comprenne qui pourra ? Nous, comme une majorité de Français avons de plus en plus de mal à suivre. Mais comme on n’est plus à une pirouette près, qu’ils se rassurent ils l’auront peut-être leur troisième confinement… la semaine prochaine !

Nous tenons quand même à faire remarquer que le confinement c’est quand même une atteinte aux libertés et qu’elle est de moins en moins supportée par les Français, mais aussi aux Pays Bas, au Danemark, en Espagne et bien ailleurs !


Paris, le 1er février 2021


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site