Confinement, couvre feux et coupures d'électricité  Depuis quelques jours, froid oblige, nous entendons dans les médias que les Français pourraient subir des coupures de courant car nos capacités de production sont insuffisantes et les appels en énergie sont importants


Depuis quelques jours, froid oblige, nous entendons dans les médias que les Français pourraient subir des coupures de courant car nos capacités de production sont insuffisantes et les appels en énergie sont importants.
Coupez la consommation d’une ampoule dans chaque foyer nous disent-ils !

Dans un dernier communiqué nous parlions de « pétaudière » en terme de vaccination. Maintenant c’est la « chienlit ».
C’est assez drôle de considèrer, chez nos brillants dirigeants qu’il est anormal en hiver qu’il fasse froid et que les Français aient besoin de se chauffer.

Ce qui est encore plus anormal c’est que nous sommes au moment des pics de consommation à 2000 MW de la rupture (c’est-à-dire deux tranches d’une seule centrale nucléaire).
Ce qui est anormal c’est qu’une partie du parc nucléaire soit arrêté au debut de l’hiver. Un hiver qui s’annonce rigoureux et qui déjoue les pronostics de tous ceux qui misent sur le réchauffement climatique.

Ce qui est anormal c’est que ce gouvernement ait décidé de la fermeture de la centrale de Fessenheim et du parc classique de production.

Ce qui est anormal c’est que ce gouvernement mise sur le parc éolien, y compris en mer ce qui ne garantit pas notre indépendance énergétique et qui après le Brexit entraine des difficultés d’existence des marins pêcheurs dans le même temps où un handicap supplémentaire est dressé devant eux.

Prochaine étape, ce sont les risques liés à la neige qui pourrait tomber, car il n’est pas normal que la neige tombe en hiver, entrainant des difficultés sur le réseau et des coupures qui vont de paires.

Le réseau est-il entretenu suffisamment ? L’élagage empêchant la chute des arbres sur les lignes est-il fait ? Les équipes de proximité pour le rétablissement rapide sont elles suffisantes sur les lieux les plus susceptibles d’être touchés. Il est vrai que l’on vivra les mêmes difficultés avec les Télecoms.
Les problèmes de réseaux sont les mêmes et nous constaterons que les « zones blanches » qui isolent chaque jour une grande partie de la province seront encore plus blanches après le passage de la neige.

Mais il est vrai qu’on nous saoule avec la 5G dans le même temps où des centaines de milliers de Français peinent à recevoir internet et même téléphoner. Dans ces mêmes zones les gares ont fermé du fait de décisions politiques qui au mieux laissent l’exploitation des lignes aux départements ou régions et au pire à des entreprises privées.

Confinement, couvre-feu, risque de coupures éléctriques, plus de téléphones, plus de gares ni de trains.
C’est à l’occasion de cette pandémie que l’on se rend compte des destructions qui se sont produites dans les services publics que nous venons de citer mais également dans les hôpitaux et dans les écoles.

Oui leur nouveau monde c’est la « chienlit » et on n’en veut pas.

Le service public, tout le service public, rien que le service public.


Paris, le 11 janvier 2021


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site