La 3ème vague, ce sont les salariés qui manifestent.  Dès aujourd'hui, 15 décembre 2020, ce sont des milliers de salariés qui ont manifesté à Paris. D'abord au ministère de la Santé à l'appel de la CGT, de la CGT-FO et de SUD, où les personnels du médico-social se rassemblaient pour dire :


Dès aujourd'hui, 15 décembre 2020, ce sont des milliers de salariés qui ont manifesté à Paris. D'abord au ministère de la Santé à l'appel de la CGT, de la CGT-FO et de SUD, où les personnels du médico-social se rassemblaient pour dire : "Nous avons contribué à sauver des vies lors de la première vague, nous le faisons encore aujourd'hui et nous voulons toucher 183€ comme les personnels de l'hôpital".

Dans le même temps, ils expriment aussi que ce gouvernement n'a pas été au bout de ce qu'il leur doit : des moyens, des effectifs, des lits, du matériel pour les malades et pour les personnels, la reconnaissance de leur métier, des conditions de travail acceptables et des salaires décents.

Ils ont raison et comme beaucoup d'UD FO en France, plusieurs UD FO d'Ile-de-France ont soutenu ce mouvement juste.

Il en était de même dans un autre lieu de Paris où plusieurs milliers d'artistes, de comédiens, de musiciens, de personnels des théâtres, des cinémas, des musées… à l'appel de leurs organisations syndicales dont le SNLA FO et la FASAP FO, se rassemblaient devant l'Opéra Bastille pour dire : "Arrêtez de nous faire mourir, arrêtez de nous faire disparaitre, ouvrez tous les lieux de culture, nous garantissons toute la sécurité plus que dans les grandes surfaces !"

L'URIF FO s'est déjà largement engagée au cours des dernières semaines pour exiger que les revendications soient entendues et concrétisées. Cette manifestation, place de la Bastille, était aussi appuyée par la participation des militants de plusieurs UD de l'Ile-de-France qui se sont aussi mobilisées et continuent de le faire contre la loi de sécurité globale et contre toutes les atteintes aux libertés fomentées par ce gouvernement qui, s'il n'écoute pas les revendications et ne veut les satisfaire, durcit l'état d'urgence et le couvre-feu sous la coupe directe de son conseil scientifique et de son conseil de défense.

Pour "amuser la galerie", il annonce un referendum sur la modification de la constitution sur le climat alors qu'après avoir indiqué que les masques ne servaient à rien parce que nous n'en avions pas, le vaccin sera l'alfa et l'oméga de la sortie de crise.

Allez donc le dire au personnel du médico-social ! Allez donc le dire aux artistes ! Allez donc le dire au personnel des remontées mécaniques ! Allez donc le dire aux salariés des petits commerces et aux salariés de l'hôtellerie et de la restauration ! Allez donc le dire à tous ceux qui subissent des plans de licenciement… Allez donc le dire à tous ceux qui n'y comprennent plus rien et qui en prennent plein la tête.

Ah, au fait, pour le referendum, bon courage !

Paris, le 15 décembre 2020


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site