Pour l'inspecteur du travail, nous étions présents !  Depuis le 15 avril 2020 en plein confinement, notre URIF Fo a apporté son soutien à Anthony Smith, sanctionné pour avoir dénoncé les conditions de travail d’aides à domicile qui accomplissaient leur mission sans moyens de protection.


Depuis le 15 avril 2020 en plein confinement, notre URIF Fo a apporté son soutien à Anthony Smith, sanctionné pour avoir dénoncé les conditions de travail d’aides à domicile qui accomplissaient leur mission sans moyens de protection.

Il est quand même scandaleux que la Ministre du travail, Mme Penicaud, ait proposé qu’il soit sanctionné et le suspende de ses fonctions.

Mardi 21 juillet 2020, en marge du conseil de discipline, des centaines de militants syndicalistes et des défenseurs des droits, se sont rassemblés pour exiger la levée de toutes les sanctions et sa réintégration immédiate.

Le 1er Ministre qui indique dans son discours de programme qu’il est un « gaulliste social » et qu’il tend la main pour engager des discussions, qu’il commence à le faire en supprimant toutes sanctions contre l’inspecteur du travail et contre tous les syndicalistes du service public et notamment ceux de la RATP et de la SNCF. Qu’il dénonce les décisions de la commission de discipline qui propose une suspension de trois mois ou une mutation d’office.

Scandaleux!! Ça commence mal pour le dialogue social!

La prochaine période et même déjà aujourd’hui, les plans de licenciement vont se succéder.

Les inspecteurs du travail devront pouvoir accomplir leur mission sans pressions et sans menaces de sanctions. Nous nous attacherons à ce qu’il en soit ainsi.

Le 21 juillet 2020, c’est ce que sont venus dire les syndicats de la Marne et particulièrement l’UDFO 51, mais également la délégation de l’URIF FO et le Trésorier de la CGT-FO.

Anthony Smith et tous ceux qui sont aujourd’hui sanctionnés, comme tous ceux injustement matraqués, arrêtés dans les manifestations pour dire qu’ils sont opposés à là contre réforme des retraites et de l’assurance chômage.

Décidément il faudra imposer une autre conception du dialogue social y compris par les manifestations et la grève.


Paris, le 23 juillet 2020

Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site