Allocution du Préseident Macron.  Il nous promet un monde d’aujourd’hui, pire que celui d’hier !


Il est déjà bien loin le discours sur les jours heureux… En dehors de son autosatisfaction permanente, le président nous promet des jours qui déchantent. Il va falloir se retrousser les manches, travailler plus mais avec des salaires en baisse. C’est la vieille méthode du travailler plus pour gagner moins qui resurgit. A l’écouter, il faudrait accepter les licenciements massifs dans tous les domaines. Il nous promet un monde où dans le meilleur des cas les manifestations seront tolérées, sous contrôle. Mais soyons heureux nous avons une police formidable…

Où sont passées les pseudos promesses envers les premiers de corvée ? Les soignants, les caissières, les éboueurs, les services publics dans leur ensemble ?

Pour l’Union Départementale FO de Paris les applaudissements envers les soignants à 20h c’est bien mais ce que veulent les personnels, ce n’est pas de la compassion, c’est la satisfaction de leurs revendications, c’est pour cela que nous serons dans la rue le 16 avec eux, pour arracher toutes les revendications chez Véran !

Notons au passage que cette intervention du chef de l’état se situait à peine 24 heures après le déferlement de 100 000 manifestants jeunes et moins jeunes place de la République à Paris et de milliers dans les villes de province. Tout comme il y a quelques jours, les salariés de Renault Maubeuge ont de fait, fait voler en éclats l’état d’urgence « sanitaire ». Qu’on le veuille ou non il y a un intérêt commun entre la classe ouvrière qui se mobilise et la jeunesse qui descend dans la rue.
L’heure est à la satisfaction des revendications, à commencer par celles des soignants, à l’arrêt des licenciements, à retrouver une école qui instruise tous les élèves.
A l’inverse la « République en marche arrière » nous propose de remettre sur le tapis la contre-réforme des retraites Macron-Berger.

Alors oui, soyons nombreux, avec les personnels soignants demain à Ségur, exigeons la satisfaction de leurs revendications, de nos revendications !

Paris, le 15 juin 2020

Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site