Le double discours de Valérie Pécresse.  L’idée est bonne, l’appliquer à soi-même ce serait mieux.


Dans une interview au Journal du dimanche du 3 mai, la présidente du conseil régional d’Île de France annonçait des mesures pour aider les Franciliens à se déconfiner au mieux : en continuant les gestes barrière, en utilisant les masques et autres protections. Elle propose de distribuer des masques aux usagers des transports en commun pendant trois semaines, le temps que les employeurs prennent le relais. Elle demande aux entreprises d’Île de France de continuer le télétravail pour éviter d’engorger les transports.

Parallèlement, le discours tenu aux 8000 agents des lycées répartis sur les 471 établissements d’Île de France est tout autre.

Ils n’auront en tout et pour tout que deux masques par jour.
Le 29 avril la direction des ressources humaines leur a adressé un courrier. Les extraits suivants en disent long sur le double discours de la présidente de région.

« Vous êtes attendus dans votre établissement dès le 18 mai »

« Un protocole redéfinissant vos missions dans le contexte du Covid 19 est ainsi en cours de rédaction »

« Au cours d’une réunion de rentrée organisée dans votre établissement toutes les mesures de protection vous seront ainsi détaillées »

« Vos encadrants évoqueront également avec vous les aménagements d’horaires, de tâches et de méthodes à mette en place jusqu’au mois de juillet, que votre établissement soit ouvert ou non »
« Les agents du service de restauration pourront être mobilisés pour effectuer des tâches d’entretien si la demi pension n’est pas ouverte »
« Si vous avez un problème médical, ….. vous devez transmettre ce certificat médical avant le lundi 11 mai »

« Si vous ne disposez pas pour l’instant d’information sur les modalités d’accueil de vos propres enfants ….. faire parvenir à votre établissement un certificat sur l’honneur avant le mercredi 11 mai .. confirmant que vous ne disposez pas de solution de garde… »
Alors, deux poids, deux mesures ?

Ce n’est pas la peine de dire « Dans ce contexte votre sécurité est notre priorité » si on n’équipe pas les agents, si on fait pression, si on veut que coûte que coûte les agents se rendent dans leurs établissements, même si les élèves ne reprennent pas. Si on exige que cette reprise ait lieu avant même la réunion du CHSCT le 7 mai.

Que vont faire les agents dans les lycées, puisque les établissements ouvriraient aux élèves au plus tôt le 2 juin? On n’ose pas imaginer qu’on leur demanderait de les désinfecter en lieu et place d’entreprises spécialisées.

En tout état de cause, les agents reçoivent déjà des appels téléphoniques de leurs chefs d’établissement, de leurs encadrants pour les forcer à reprendre.

L’urgence sanitaire serait-elle l’occasion d’aller encore plus loin dans la déréglementation, dans le non-respect des instances élues ?

Paris, le 4 mai 2020


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site