Chassez le naturel, il revient au galop !  En pleine crise sanitaire, la plus grave depuis 100 ans, certaines entreprises n'hésitent déjà pas et seulement après une petite semaine de confinement à vouloir imposer aux salariés qu'ils soldent leurs congés.


En pleine crise sanitaire, la plus grave depuis 100 ans, certaines entreprises n'hésitent déjà pas et seulement après une petite semaine de confinement à vouloir imposer aux salariés qu'ils soldent leurs congés.

Elles ne perdent pas le nord... ni le sens des affaires. Nous pensons quant à nous qu'elles feraient mieux de se préoccuper de la santé des salariés ( protection par masques, plexiglas devant les caissières, gel hydro alcoolique, etc) plutôt que de vouloir faire appliquer le plus vite possible une disposition qui apparaît comme une véritable attaque contre ceux qui rencontrent les pires difficultés d'existence et qui n 'ont pas demandé à être confinés.

L'UDFO de Paris s'oppose à cette mesure et exige qu'un report de la prise des soldes de congés se mette en place bien après la fin de cette crise sanitaire que nous subissons tous.

Sans doute serait-il souhaitable d'ailleurs que la mise en place d'un compte épargne temps permette, soit de prendre ces soldes de congés plus tard, soit de les cumuler pour pouvoir partir en retraite plus tôt.

Il est vrai qu'il faut s'attendre à tout de la part de certains patrons quand nous constatons que la ministre du travail répondant au fait que les ouvriers du bâtiment subissent des risques avérés, notamment lorsqu'ils se déplacent à plusieurs en camionnette, fait une proposition pour la moins désopilante, en indiquant qu'ils n'ont qu'à se déplacer à plusieurs voitures.

C'est parti ! Et c'est déjà pour eux, comme si il n'y avait plus de crise sanitaire.


Paris, le 20 mars 2020



Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site