Matraquage des pompiers ! Un scandale !  Les pompiers manifestent aujourd’hui à Paris. Plusieurs milliers d’entre eux, à l’appel de leurs organisations syndicales dont la CGT-FO, voulaient porter leurs revendications, la reconnaissance de la pénibilité de leurs conditions de travail et leur oppo


Les pompiers manifestent aujourd’hui à Paris. Plusieurs milliers d’entre eux, à l’appel de leurs organisations syndicales dont la CGT-FO, voulaient porter leurs revendications, la reconnaissance de la pénibilité de leurs conditions de travail et leur opposition à la mise en œuvre du régime de retraite universel par points.

La « démocratie », chère au Président de la République s’exerce aujourd’hui dans la rue à grand renfort de gaz lacrymogène et de coups de matraques à l’égard des pompiers qui tous les jours exercent leur mission de service public à l’égard de la population.

On ne peut considérer qu’ils sont au service de tous quand dans le même temps on leur tape dessus et on leur envoie les gaz.

On ne peut constater qu’ils sont agressés par des « bandes » lorsqu’ils interviennent dans certains secteurs dans le même temps où on les « canarde » dans les mêmes conditions quand ils manifestent pour leurs droits.

Quel drôle de gouvernement qui monte au pinacle les agents des services publics quand ils font circuler les trains, les bus, les métros dans des conditions difficiles d’intempéries et de difficultés majeures, ou comme les électriciens qui rétablissent le courant dans les tempêtes des dernières années, des pompiers qui luttent, au péril de leur vie contre les incendies dans les zones en difficulté ou dans l’incendie de Notre Dame et qui leur en mette « plein la tête » s’ils manifestent.

Si c’est ça le nouveau monde nous ne le partageons pas et nous préférons être aux côtés des cheminots, des agents de la RATP, des personnels des ports et docks et de ceux des raffineries et de l’EDF et aujourd’hui comme hier d’ailleurs avec les pompiers.

Honte à ceux qui aujourd’hui s’opposent à l’expression des travailleurs et à une véritable démocratie.



Paris, le 28 janvier 2020


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site