Les vagues se succèdent !  La manifestation d’hier, 9 janvier 2020, a de nouveau été un véritable déferlement de manifestants ; 370 000 à Paris, à l’appel des URIF CGT-FO – CGT – SOLIDAIRES - FSU – UNEF – UNL et CFE/CGC.


La manifestation d’hier, 9 janvier 2020, a de nouveau été un véritable déferlement de manifestants ; 370 000 à Paris, à l’appel des URIF CGT-FO – CGT – SOLIDAIRES - FSU – UNEF – UNL et CFE/CGC.

Sur un parcours de 4,5 kms, la manifestation arrivait à Saint Augustin quand place de la République les derniers manifestants partaient.

Une nouvelle fois, les ordres donnés à la Préfecture de police de minimiser les chiffres sont d’un ridicule qui conduisent dorénavant à ce que ces derniers ne soient plus crédibles.

Une manifestation émaillée d’incidents en fin de parcours toujours occasionnés par ceux qui ne souhaitent pas que les manifestations aillent jusqu’au bout et qui souhaitent surtout que l’on ne parle que de cela. En réalité, de véritables soutiens de l’exécutif !

Comme d’habitude, les salariés qui assurent la sécurité de leurs camarades ont remarquablement bien réagi en ne répondant à aucune des provocations, tout au long du cortège.

Le cortège faisait la démonstration de sa détermination à aller jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au retrait de ce projet Macron-Philippe-Berger.

L’URIF FO avait très largement mobilisé des milliers de camarades venant des différents départements franciliens. Nous comptions dans nos rangs des centaines de cheminots FO dont une forte délégation des cheminots de l’Oise qui, dans leurs déclarations, espèrent de tous leurs vœux voir les autres corporations arrêter le travail par la grève en bloquant ainsi l’économie et en nous donnant toutes les chances de gagner.

Il faut aussi constater qu’en Ile-de-France, de nombreuses écoles, collèges, lycées étaient fermés et que les enseignants manifestant en nombre et arrivant d’assemblées générales, pouvaient annoncer la reconduction de la grève et la poursuite de la fermeture des écoles.

Nous pouvions très largement entendre dans cette puissante mobilisation, de la part des manifestants :
• « Les rencontres, les pseudo-concertations avec le gouvernement, ça ne sert à rien, nous n’y allons pas, ils ont déjà tout ficelé ! »
• « Tu as vu, ils ont déjà envoyé le texte au conseil d’État ! »
• « Aujourd’hui, 64 ans, demain 67 ! »
• « Ils ne veulent pas annoncer la couleur dans une vraie simulation mais moi je sais que je vais perdre 400 € quand je prendrais ma retraite ! »
• « Pour que je ne perde pas au moment de partir, il faudrait qu’ils revalorisent de plus (+) de 1000 € nos salaires actuels ! »

En tous les cas, nous n’avons rencontré aucun manifestant qui ne dise :

« ON CONTINUE ! ON LACHE RIEN ! JUSQU’AU RETRAIT !

La confirmation de cet engagement se traduit par le communiqué de presse intersyndical du 9 janvier qui fait part de la mobilisation exceptionnelle lancée par la grève depuis 36 jours partout en France.

Ce communiqué précise de façon très claire « que l’ensemble du monde du travail et la jeunesse doivent poursuivre et renforcer la grève, y compris reconductible là où les salariés le décident pour maintenir et augmenter le rapport de force ».

« Elles appellent à une journée de grève et de convergence le 14 janvier 2020, localement dans tout le pays qui s’inscrit dans la continuité d’actions et d’initiatives déclinées sous toutes les formes les 15 et 16 janvier ».

« Elles appellent à réunir partout les assemblées générales pour mettre en débat les modalités permettant de poursuivre la mobilisation dans le cadre de la grève lancée le 5 décembre.
Une nouvelle réunion interconfédérale se tiendra le samedi 11 janvier au soir ».

Paris, le 10 janvier 2020


lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site