L'action c'est maintenant !  C’est le vendredi 8 novembre qui avait été choisi par la CE de l’UD de Paris pour tenir une assemblée générale des syndicats de l’UD afin de poursuivre l’information et la mobilisation conduisant au 5 décembre, à la grève reconductible et au retrait du pr


C’est le vendredi 8 novembre qui avait été choisi par la CE de l’UD de Paris pour tenir une assemblée générale des syndicats de l’UD afin de poursuivre l’information et la mobilisation conduisant au 5 décembre, à la grève reconductible et au retrait du projet Macron Delevoye.
Remontrant la détermination des militants et malgré la proximité d’un week-end de 3 jours, ce sont 350 militants qui ont rempli la salle HENAFF de la Bourse du Travail de Paris.
Cette détermination s’exprimait après que le Secrétaire Général de la CGT-FO, Yves Veyrier soit revenu sur les raisons qui nous conduisent à tout faire pour que le régime universel par points ne voit jamais le jour et que nous n’acceptions pas le « plan B » dont on parle au niveau gouvernemental avec « la clause du grand-père ».
Pour notre UD de Paris, le régime universel par points est inacceptable ainsi que la fin des 42 régimes et laisser aux générations futures cette « désastreuse » contre réforme que l’on essaie de vendre du côté du gouvernement en divisant encore un peu plus les Français.
Détermination des 350 militants qui dans leurs prises de positions, très nombreuses, affirmaient bien fermement leur opposition à la contre réforme et leur volonté d’engager la grève à compter du 5 décembre. Aucun d’entre eux n’a souhaité s’engager dans un processus d’actions « saute-moutons ».
Tous, ont démontré leur volonté d’aller jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au retrait du projet. Tous, ont entendu et partagé le fait qu’après une réunion commune avec la CGT Paris nous allions mener des opérations de distribution du « 4 pages » dans des endroits ciblés, dans le même temps où tout s’organise pour essayer de mener des assemblées générales communes. (Nous souhaitons d’ailleurs dans ce domaine, que les syndicats FO en soient à l’initiative).
Dès jeudi 14 novembre, une nouvelle interrégionale organisera clairement toutes les actions à conduire d’ici au 5 décembre et débattra de l’organisation d’une grande manifestation dont la date fera l’objet d’un débat.
Chacun, au cours de cette assemblée générale, aura bien compris et développé le fait que la grève doit s’ancrer dès le 5 décembre 2019.



Chacun a pu affirmer de façon très nette. Que nous devons obtenir :
- Le retrait de la contre-réforme Macron Delevoye mais également de toutes celles qui détruisent les services publics et l’assurance chômage.

- Le maintien des 42 régimes de retraite existants et la mise à la poubelle pour la retraite universelle par points.

Afin d’obtenir nos revendications c’est bien le blocage dont il s’agit, grève interprofessionnelle dès le 5 décembre, grève interprofessionnelle reconductible.
Le gouvernement a peur du 5 décembre et IL A RAISON.
Partout dans le monde aujourd’hui, les peuples réagissent contre ; l’exploitation, les conditions de travail et de vie, la précarisation et la pauvreté, les pouvoirs d’achats qui se dégradent, l’augmentation considérable des produits de première nécessité, les interdictions du droit de manifester et la répression violente qui s’abat sur tous ceux qui aspirent à la liberté et au droit de vivre dans la dignité.


Paris, le 12 novembre 2019


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site