Soutien aux enseignants.  Pourquoi les enseignants sont en grève ?


Depuis des mois, dans tous les degrés d’enseignement, les personnels se mobilisent, souvent avec l’appui des parents d’élèves, souvent avec leurs fédérations, pour exiger le retrait des réformes Blanquer.
A l’occasion du bac 2019, des milliers de professeurs se sont saisis du passage des épreuves pour se mettre en grève et refuser de transmettre les notes. De Macron à Blanquer, une offensive médiatique sans précédent s’est engagée allant jusqu’à accuser les grévistes de « prendre en otage les candidats et leurs familles ».
Devant le succès de ce mouvement, le ministre Blanquer a franchi un cap en brandissant la menace de retrait de salaires de 15 jours, de sanctions disciplinaires et est même allé jusqu’à enjoindre les jurys d’examens de remplacer les notes manquantes par la fabrication de notes en fonction de la moyenne du contrôle continu. La manœuvre était tellement grosse que des professeurs qui ne s’étaient par engagés dans la grève ont refusé de signer les procès verbaux des jurys, en se déclarant solidaires des correcteurs en grève.
A Paris, la dernière assemblée générale de correcteurs qui a réuni plus de 600 professeurs a voté la grève un 4 juillet. Le gouvernement, qui devait recevoir les organisations syndicales de professeurs ce lundi a décidé de reporter cette réunion.
L’Union Départementale FO 75 se félicite du communiqué des syndicats CGT/FO/SNALC/SNES/SUD réaffirmant les revendications et exigeant l’arrêt des sanctions.
Dans cette situation, l’UD FO 75 décide d’apporter son soutien aux professeurs en grève, d’exiger qu’aucune sanction ne soit prise à l’égard des professeurs, qu’aucun retrait de salaire ne soit mis en œuvre et réaffirme son exigence de retrait de la loi Blanquer - dite école de la confiance – et des réformes du lycée, du bacccalauréat et de ParcourSup.
Elle mandate le SNFOLC et le SNETAA, les syndicats FO des professeurs du second degré pour faire connaître cette prise de position auprès des intéressés.

Paris, le 8 juillet 2019


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site